Saint-Brieuc Armor Agglomération

Argument
saint-brieuc-armor
Saint-Brieuc Armor Agglomération

Saint-Brieuc Armor Agglomération a adhéré à l’ADEUPa en juillet 2017, dans le contexte d’une profonde réorganisation de l’intercommunalité en Côtes d’Armor. Par son adhésion, l’agglomération a souhaité se positionner plus explicitement dans le réseau des coopérations régionales.

L’agglomération a immédiatement sollicité l’agence pour l’accompagner dans l’élaboration de son projet de territoire, pour approfondir la mise en cohérence de ses démarches de planification (révision de son programme local de l’habitat et élaboration d’un plan paysage), pour consolider la mise en œuvre de ses projets urbains, et plus globalement dans l’ensemble des composantes de sa stratégie urbaine et territoriale.

L’adhésion de Saint-Brieuc Armor Agglomération traduit également la volonté de l’agglomération de s’inscrire dans une démarche de coopération avec les autres collectivités bretonnes, et de renforcer la structuration de l’ingénierie costarmoricaine par l’implantation locale d’une partie de l’équipe de l’ADEUPa.
 

Quelles conditions d'accès au logement pour les étudiant·e·s de Saint-Brieuc Armor Agglomération?

Près de 80 % des étudiant·e·s ne vivant plus chez leurs parents sont satisfaits de leur logement. C’est le résultat de l'enquête réalisée par l’Adeupa auprès des étudiant·e·s de Saint-Brieuc Armor Agglomération. Ils ont été interrogés sur leurs attentes en termes de logement, leurs critères de choix, leurs modes de prospection et les difficultés qu’ils ont pu rencontrer dans leur recherche de logement.

Saint-Brieuc-Armor-Agglomération. Premier semestre 2021 : Quel bilan un an après le début de l'une des plus grandes crises de notre histoire ?

Le premier semestre de l’année 2021 indique que l’activité économique de Saint-Brieuc Armor Agglomération a globalement résorbé les effets négatifs des confinements et des mesures sanitaires liées à la Covid. Les indicateurs témoignent même de résultats meilleurs à ceux de la période d’avant-crise. Cette reprise générale semble toutefois encore masquer des réalités diverses derrière les mesures étatiques, à l’instar de la forte mobilisation du Fonds de solidarité durant ce semestre.

Saint-Brieuc-Armor-Agglomération. Second semestre 2020 : Des effets globaux qui se résorbent, des fragilités qui s’accentuent

Un an après la première manifestation de la Covid-19 en France, l’activité économique briochine continue de s’adapter. Les premiers effets de la crise semblent s’être résorbés, notamment dans la sphère productive. Certains secteurs bénéficient même d’un surplus d’activité. Ces redressements cachent toutefois des fragilités qui s’accentuent dans certains secteurs tels que l’hôtellerie et la restauration ou les activités culturelles. Ces fragilités se manifestent également chez les ménages.

Quels modes de vie demain ?

Les modes de vie connaissent depuis une trentaine d’années une transformation silencieuse mais profonde. Ils s’individualisent. Les manières de travailler, de consommer, de se divertir, de se déplacer, et d’agencer tous ces temps ensemble, sont de plus en plus diversifiées. À ce mouvement profond, qui est l’expression d’un ensemble de valeurs et de croyances, s’ajoutent déjà les défis posés par les transitions démographique, environnementale, numérique et citoyenne.

Saint-Brieuc Armor Agglomération. Premier semestre 2020 : une économie préservée, mais sous cloche

La crise sanitaire et le confinement instauré au printemps ont influé sur la plupart des indicateurs économiques de Saint-Brieuc Armor Agglomération. L’activité des entreprises a fortement ralenti, les embauches ont reculé, ainsi que la masse salariale. Les dispositifs gouvernementaux comme l’indemnisation d’activité partielle ou le prêt garanti par l’État, complétés par des mesures locales, ont permis d’atténuer les effets sur l’emploi. En un an, le nombre de demandeur·ses d’emploi a progressé de 2,2 % : les jeunes sont les premières victimes de cette dégradation.

Saint-Brieuc Armor Agglomération. Second semestre 2019 : Une tendance qui était favorable

Fin 2019, alors qu’on ne parlait pas encore de la Covid-19, la conjoncture briochine présentait des tendances favorables. La conjugaison d’une confiance retrouvée, à la fois par les entreprises et les ménages constituait un socle de dynamisme économique,  presque semblable à celui d’avant crise de 2008. La photographie actuelle du territoire fera figure de point de référence afin d’appréhender les effets de la crise sanitaire sur l’économie locale.

Le logement des étudiants, état des lieux et premiers enjeux - Saint-Brieuc Armor Agglomération

Suite à un appel à manifestation d’intérêt national, Saint-Brieuc Armor Agglomération a créé un observatoire du logement des étudiants. Cette initiative s’inscrit dans un contexte local de progression importante des effectifs étudiants au cours des cinq dernières années et d’une ambition de développement de l’enseignement supérieur inscrite dans le projet de territoire 2018-2030. La présente publication dresse un état des lieux de la demande dans l’agglomération briochine et de l'offre de logements actuellement disponible pour ce public.

Demain, des besoins en logement différents - Ouest des Côtes d’Armor

Les générations issues du baby-boom vont bientôt atteindre le grand âge. Ce phénomène, massif, aura un impact fort sur le marché du logement, par la libération de nombreux logements familiaux et une demande accrue en logements plus adaptés. La présente analyse, menée à l’échelle de l’Ouest des Côtes d’Armor, porte sur la dynamique démographique des trente prochaines années et son impact sur la typologie des logements à produire, très différente de la production actuelle.

La construction neuve à Saint-Brieuc Armor Agglomération

Sur le territoire de Saint-Brieuc Armor Agglomération, la construction neuve a représenté 773 logements au cours de l’année 2018 (en baisse de 15 % par rapport à 2017, année particulièrement dynamique). Concernant la promotion immobilière, l’année a connu une activité en hausse en lien avec l’anticipation de la suspension du dispositif Pinel. Du coté des terrains à bâtir pour l’individuel, les surfaces moyennes ont diminué pour atteindre 550 m2 en 2018 (590 en 2017), tandis que le prix médian est stable.