DELAUNE, Quentin

Saint-Brieuc Armor Agglomération. Second semestre 2019 : Une tendance qui était favorable

Fin 2019, alors qu’on ne parlait pas encore de la Covid-19, la conjoncture briochine présentait des tendances favorables. La conjugaison d’une confiance retrouvée, à la fois par les entreprises et les ménages constituait un socle de dynamisme économique,  presque semblable à celui d’avant crise de 2008. La photographie actuelle du territoire fera figure de point de référence afin d’appréhender les effets de la crise sanitaire sur l’économie locale.

fmarty mer 02/09/2020 - 09:55
Ouest breton. Les premiers effets sur l'économie de la Covid-19

La crise de la Covid-19 est d’abord sanitaire, mais ses effets sur l’économie s’apparentent à des secousses inédites dans notre histoire moderne. Alors que la crise économique de 2008 avait généré une baisse d’environ 3% du PIB, l’Insee prévoit une chute de 9% cette année. La Bretagne, présentée comme moins affectée par la crise, a été touchée de manière très hétérogène. Cette note vise à délivrer un premier aperçu de l’exposition des territoires de l’Ouest Breton sur les questions d’activité économique, de marché du travail, de secteurs et de filières…

fmarty mar 01/09/2020 - 09:35
L'économie circulaire : Définition, enjeux et outils d'accompagnement

L'épuisement des ressources naturelles et le réchauffement climatique conduisent à repenser le modèle économique de nos sociétés. L'économie circulaire place la conception et l'usage des biens et services au cœur d'un nouveau modèle sobre en ressources.
Dans le cadre de la stratégie nationale pour une économie circulaire, les territoires s'engagent. Dans ce contexte, l'ADEUPa met en place un observatoire qui vise à partager entre ses adhérents, une définition des concepts de l'économie circulaire, de ses enjeux et des outils pour l'accompagner.

tdouy mer 18/12/2019 - 14:04
Économie dans le pays de Brest au premier semestre 2019 : Une conjoncture favorable

Plusieurs indicateurs témoignent d’une bonne conjoncture économique pour le Pays de Brest. L’emploi progresse, la masse salariale est plus élevée, les chiffres d’affaire des entreprises augmentent, le nombre de permis de construire des locaux d’activité est plus élevé, le chômage recule… Les perspectives sont également encourageantes. 
Seul bémol, certains secteurs d’activité et quelques catégories de personnes en recherche d’emploi ne semblent pas bénéficier de cette embellie. 

tdouy lun 14/10/2019 - 09:36

Brest+ dans le club des 13 capitales French Tech

Le territoire Brest+ (Brest, Quimper, Morlaix, Lannion) a obtenu fin 2018 le renouvellement du label French Tech et intégré le réseau des 13 capitales French Tech. Cette re-labellisation reflète la dynamique de l’écosystème numérique de la pointe bretonne, qui compte désormais 19 000 emplois. Cette dynamique se traduit également à travers la création de start-ups, la montée en puissance des levées de fonds et par le nombre d’entreprises en hypercroissance (8 pass French Tech dont un triple lauréat). 

Économie dans le pays de Brest au second semestre 2018 : Une conclusion positive malgré quelques bémols

À la fin de l’année 2018, plusieurs indicateurs témoignent d’une bonne conjoncture économique dans le pays de Brest. Davantage de chefs d’entreprises interrogés déclarent un chiffre d’affaires en croissance. Dans le même temps, le nombre d’emplois salariés privés augmente principalement dans les secteurs du BTP, de l’hôtellerie & de la restauration et du commerce de détail. La demande d’emploi diminue pour les catégories a, b et c de Pôle emploi. 
Pour 2019, le besoin de main d’œuvre continue d’augmenter. 

tdouy ven 21/06/2019 - 10:37

Economie dans le pays de Brest : premier semestre plus mesuré

Au 1er semestre 2018, la métropole brestoise parvient, notamment grâce à un taux de chômage en baisse et un emploi privé en progression, à poursuivre une dynamique vertueuse amorcée en 2016. Cela se traduit par la confiance des entrepreneurs, qui sont près de 75% à envisager un chiffre d’affaire stable voire en hausse durant les six prochains mois. Les ménages préfèrent emprunter et investir dans l’habitat plutôt que d’épargner, signe également de confiance quant à l’évolution de leur condition.