Note de conjoncture

Pays de Morlaix. Premier semestre 2021 : Des signaux encourageants, des difficultés encore à surmonter

Le premier semestre 2021 était encore enclin à l’incertitude pour bon nombre d’acteurs économiques du territoire et plus particulièrement ceux issus du secteur touristique et de la restauration. Le niveau d’activité portuaire peine à retrouver ces résultats d’avant crise sanitaire en particulier en matière de trafic de passagers. L’annonce, courant 2020, de la fermeture de Hop! Air France commence à produire des effets sur l’emploi. Cependant, plusieurs indicateurs sont bien orientés : l’emploi salarié privé remonte, le volume de permis de construire des logements atteint des records.

Pays de Brest. Premier semestre 2021 : une situation en trompe-l'œil ?

Dans un contexte de reprise économique nationale, une multitude d’indicateurs s’avèrent bien orientés dans le Pays de Brest. Ces signaux de reprise sont encourageants et témoignent d’une certaine résilience de l’écosystème. Pour autant, l’économie demeure sous perfusion, et quelques signaux peuvent laisser envisager une détérioration de la situation dans les mois à venir. Si le contexte économique devenait moins porteur, la capacité des entreprises à rembourser les prêts garantis par l’État pourrait s’avérer délicate et avoir des effets négatifs sur la croissance.

Saint-Brieuc-Armor-Agglomération. Premier semestre 2021 : Quel bilan un an après le début de l'une des plus grandes crises de notre histoire ?

Le premier semestre de l’année 2021 indique que l’activité économique de Saint-Brieuc Armor Agglomération a globalement résorbé les effets négatifs des confinements et des mesures sanitaires liées à la Covid. Les indicateurs témoignent même de résultats meilleurs à ceux de la période d’avant-crise. Cette reprise générale semble toutefois encore masquer des réalités diverses derrière les mesures étatiques, à l’instar de la forte mobilisation du Fonds de solidarité durant ce semestre.

Saint-Brieuc-Armor-Agglomération. Second semestre 2020 : Des effets globaux qui se résorbent, des fragilités qui s’accentuent

Un an après la première manifestation de la Covid-19 en France, l’activité économique briochine continue de s’adapter. Les premiers effets de la crise semblent s’être résorbés, notamment dans la sphère productive. Certains secteurs bénéficient même d’un surplus d’activité. Ces redressements cachent toutefois des fragilités qui s’accentuent dans certains secteurs tels que l’hôtellerie et la restauration ou les activités culturelles. Ces fragilités se manifestent également chez les ménages.

Pays de Brest. Second semestre 2020 : une économie à deux vitesses

Après plusieurs mois de crise sanitaire, le tissu économique du pays de Brest résiste bien en cette fin d’année 2020. Le nombre d’emplois salariés privés se stabilise ainsi que la masse salariale ou le taux de chômage. Toutefois, le contexte reste incertain et la situation diverge selon le secteur d’activité considéré. Les domaines de l’hôtellerie et de la restauration subissent plus particulièrement les effets de la crise avec une chute des emplois de 10 %. Dans le même temps, le nombre d’inscription sur les listes de Pôle emploi est en nette augmentation.

Saint-Brieuc Armor Agglomération. Premier semestre 2020 : une économie préservée, mais sous cloche

La crise sanitaire et le confinement instauré au printemps ont influé sur la plupart des indicateurs économiques de Saint-Brieuc Armor Agglomération. L’activité des entreprises a fortement ralenti, les embauches ont reculé, ainsi que la masse salariale. Les dispositifs gouvernementaux comme l’indemnisation d’activité partielle ou le prêt garanti par l’État, complétés par des mesures locales, ont permis d’atténuer les effets sur l’emploi. En un an, le nombre de demandeur·ses d’emploi a progressé de 2,2 % : les jeunes sont les premières victimes de cette dégradation.

Pays de Brest. Premier semestre 2020 : la situation sur le marché du travail se dégrade

La crise sanitaire et le confinement instauré au printemps ont influé sur la plupart des indicateurs économiques dans le pays de Brest. L’activité des entreprises a fortement ralenti, les embauches ont reculé, ainsi que la masse salariale. Les dispositifs gouvernementaux comme l’indemnisation d’activité partielle ou le prêt garanti par l’État, complétés par des mesures locales, ont permis d’atténuer les effets sur l’emploi. En un an, le nombre de demandeur·ses d’emploi a progressé de 3,2 % : les jeunes sont les premières victimes de cette dégradation.

fmarty mer 18/11/2020 - 17:38

Saint-Brieuc Armor Agglomération. Second semestre 2019 : Une tendance qui était favorable

Fin 2019, alors qu’on ne parlait pas encore de la Covid-19, la conjoncture briochine présentait des tendances favorables. La conjugaison d’une confiance retrouvée, à la fois par les entreprises et les ménages constituait un socle de dynamisme économique,  presque semblable à celui d’avant crise de 2008. La photographie actuelle du territoire fera figure de point de référence afin d’appréhender les effets de la crise sanitaire sur l’économie locale.

Pays de Brest. Au second semestre 2019 : tout allait bien

Dans le pays de Brest, fin 2019, quelques semaines avant la crise sanitaire, plusieurs indicateurs témoignaient d’une très bonne conjoncture économique : progression de l’emploi, des chiffres d’affaires, record du trafic aéroportuaire, etc. L’industrie, l’hôtellerie-restauration et les activités scientifiques, étaient les principaux secteurs pourvoyeurs d’emplois. Ainsi, le bassin brestois se rapprochait d’une situation de plein emploi avec un taux de chômage à 7 % contre 9,3 % au pic de la crise de 2008.

Synthèse de marché, Lannion-Trégor Communauté

Depuis le 1er janvier 2017, l’agglomération rassemble 57 communes pour 100 000 habitants. Le territoire compte aujourd’hui près de 70 000 logements. Cette synthèse du marché de l’habitat de Lannion-Trégor Communauté propose une analyse des évolutions récentes relatives à la dynamique de production neuve, au marché des biens d’occasion et au logement social. Comme les années précédentes, 2018 se caractérise par une baisse de la production de logements. À l'inverse, le marché de l’occasion est en développement. C'est également le cas du parc social, de plus en plus sollicité.